Derniers commentaires

Mr Laurent Biffot ...était ...

04/05/2018 @ 13:03:13
par MAINGUY ROBERT


je ferai de mon possible pour ...

21/11/2016 @ 07:31:37
par nour rida


on fera bouger tout le monde ...

16/06/2016 @ 21:02:30
par wily mignon


mon papa courage à toi. la ...

16/06/2016 @ 20:58:56
par wily mignon


dommmmmmmage, on n'a pas pu se ...

30/09/2015 @ 16:37:23
par Nour Mohammed Rida


Calendrier

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

Mots clé (tags)

Annonce

rss Syndication

Choisissez un thème



Liens

    05 Fév 2012 - 18:11:39

    669 - Pour le 18 août, nous progressons !

     

     

    Cassagnes, commune de Nadaillac-de-Rouge, où nous vous attendons pour le 18 août 2012.

     

                            AVANT-PROJET 05  février  / 18

    HONNEUR   A           «  FRANCOPHONIE EN QUERCY               PERIGORD »

    Contact : [email protected]

    Formulaire  à remplir,   à la fin du document

    CASSAGNES, NADAILLAC-DE-ROUGE  ( LOT) ,  LE SAMEDI 18 AOUT 2012

    ………………………………………………………………..

     

       Après avoir, plus ou moins,   pris congé de l’Université, le Professeur Edmond Jouve souhaite maintenant mettre un terme aux 20 colloques internationaux francophones qu’il a crées et animés, avec l’ADELF , son épouse Marcelle  et  de  vaillantes   équipes locales ,  pendant plus de vingt ans, aux confins du Quercy et du Périgord.

        Ses nombreux amis, dans le Lot,  en France et à travers le monde, ne voudraient pas que ce «  départ »  se fasse dans la clandestinité et l’indifférence.

        Tout au contraire, ils souhaitent que ces « adieux » soient l’occasion d’une «

    Vaste Synthèse » et d’une  Très  Grande Fête de la Francophonie ( TGFF ) dans son cher village de Nadaillac-de-Rouge, et à Cassagnes, le hameau qui l’a vu naître

    I.- Quel sera le programme ?

       Il se déroulera en 11  sessions qui se  succèderont, d’heure en heure, samedi 18  et dimanche 19 août 2 012

     

    -           13 h : 1re SESSION

        Sous la responsabilité du Dr Mustapha Legzouli, sous un chapiteau , séance audiovisuelle  sur  le thème  «   Aux  origines des Colloques francophones , Masclat -1991 »

     

    -           14 h: 2ème  SESSION

     En hommage aux Celtes  (appelés Gaulois par les Romains ) qui, les premiers, s’installèrent à Cassagnes et lui donnèrent son nom ( qui signifie  «  lieu planté de chênes ») une équipe partira  en forêt, en tracteur, pour  chercher   et transporter un arbre destiné à devenir un « mai », selon une tradition ( entre autres ) de la région Quercy-Périgord.     

               L’usage de planter des arbres  comme signe de  liesse (célébration du printemps, mariage) ou d’hommage  à la liberté, sous  la Révolution, aujourd’hui aux élus ,  est immémorial. On le trouvait  déjà chez les Romains et les Gaulois.

               Ce « mai » sera paré de rubans et de petits drapeaux  offerts par les participants à la fête

     

    -           16 h: 3ème  SESSION

    • Sous la présidence de M. X.,  Ouverture officielle
    • Hymne à la Francophonie, par Fred et Maguy Modolo
    • Discours des Autorités sous la présidence de Me Frédéric Titinga Pacéré,  dépôt de Terres francophones  offertes par les participants à la Journée
    • Sous la présidence de M. X: dévoilement du Mémorial Jean Nouvel ( Prix Pritzker 2 008 ) dédié à la Francophonie, à « Francophonie en Quercy-Périgord » et aux participants à la  Très Grande Fête Francophone

       


    Note relative à ce Mémorial

     

                Depuis 1991, Edmond Jouve et ses Equipes locales ont organisé, dans le Haut-Quercy et le Périgord , vingt colloques Francophones itinérants dont les points d’ancrage ont été les petites communes du canton de Payrac.

     

                Ces Rencontres ont fait affluer des foules importantes, composées d’habitants de ces contrées mais, aussi, des visiteurs venus d’ailleurs.

                 Sans doute a –t- il voulu reconstituer, à sa manière, le « village planétaire » dont il a si souvent parlé dans ses cours.

                  Cette fois, c’est « la famille planétaire » dont il veut nous donner un aperçu …

                Des livres reproduisant l’essentiel des textes de ces colloques ont gardé trace de ces manifestations inédites dans ces terres magnifiques du Causse qu’on dit, un peu vite,  vouées à la désertification.

                 Cette expérience sans précédent a donné lieu à ce qu’on a appelé à Paris « une Francophonie populaire ».

                 Vingt ans après le début de cette tentative, l’Equipe qui l’a portée à bout de bras éprouve le besoin de mettre fin à ce qui fut une belle aventure.

                 Le problème s’est  posé de savoir si le combat devait cesser faute de combattants ou si, au contraire, il convenait de célébrer ce pari risqué mais réussi..

                 D’où l’idée de festivités qui, tout en restant populaires, réuniraient en un lieu presque perdu,  une foule bigarrée et joyeuse venue du monde entier célébrer ,  à sa façon, la Francophonie,  face à une mondialisation rabotant tout sur son passage.

               «Y aurait- il une fête dans cette solitude ? » se demanda –t-il ? »

    « Avançant jusqu’au premier détour il entendit un bruit de voix qui s’approchaient. Il se jeta de côté dans les jeunes sapins touffus, s’accroupit et écouta en tenant son souffle .»

                C’est l’écho de ces voix , venues du fond de notre enfance et de notre adolescence, que nous entendrons , le 18 août prochain,  à Cassagnes.

                 Pour un jour, Cassagnes deviendra, à sa manière «  le domaine mystérieux » du Grand Meaulnes .

                 Rien n’y manquera. Pas même la « fête étrange », ni le « grand jeu »,   ni «  le sentier perdu, », ni « la partie de plaisir », ni  « les gens heureux », ni même - peut être …-  les bohémiens…

                 La nature sera, bien sûr, de la fête avec ses grands espaces, ses horizons qui n’en finissent plus, ses chênes rabougris  qui montent la garde, ses humbles bâtisses de chez nous construites avec des pierres sauvées du gel et couvertes,  sinon en lauzes, du moins avec des petites tuiles moussues couleur de terre.

                 Le 18 août, d’heure en heure, les manifestations nombreuses qui se succèderont   auront pour objet d’ancrer une petite part de  la Francophonie au cœur de la vieille Occitanie.

             Le message, cent fois répété, consistera à nous dire qu’il ne faut rien exclure de la vie des hommes mais tenter de créer des harmonies destinées à faire avancer l’Humanité.

                 Dans cette terre de confins où nous nous serons rendus difficilement, peut-être en transpirant, entre Quercy et Périgord, notre présence seule témoignera contre les déchaînements du monde, donnant ainsi raison à Henry Miller dans « Le colosse de Maroussi » :

               «Rien ne m’empêchera de croire que cette grande et pacifique région de France est destinée à demeurer éternellement un lieu sacré pour l’homme et que, lorsque la grand’ville aura fini d’exterminer les poètes, leurs successeurs trouveront ici refuge et berceau   ».

                 On pourrait en rester là et nous aurions fait, tout simplement, , notre devoir de bons soldats de la Francophonie et de l’Humanité.

                 Mais nous avons voulu aller au-delà.

                Il nous a semblé que cette saga ne pouvait pas, tout à coup, disparaître en se fondant dans la nuit, fût-ce après une « fête étrange dans un domaine mystérieux. »

     

                Alors , nous avons lu et relu le Manisfeste de Louisiana de Jean Nouvel .

                  Il nous a donné l’idée de laisser, après nous, un souvenir architectural de ce que nous avons tenté de faire au « cœur frais de la France », à l’endroit même où cette aventure a commencé, en un lieu  paisible habité depuis toujours, que l’homme de Cro- Magnon a parcouru, comme les Gaulois et les Romains, sans parler des rois de France qui eurent partie liée avec notre famille fondatrice, celle des du  Pouget de Nadaillac.

                 Ce signe, ce clin d’œil ne sauraient « annuler » le terroir qui le recevra, le « banaliser », le « violenter ».

                 Il ne saurait se substituer au paysage.

                 Il doit, au contraire,  créer un choc émotionnel qui au lieu de « mépriser » le contexte le mettra  en valeur en l’accordant à notre temps.

           Tel est notre Projet, avec , en tête,  quelques impératifs :

     

     

    • « Que l’objet soit modeste, comme sont humbles les bâtiments qui l’entoureront ;
    • Que l’objet souligne, à sa manière, la poésie du lieu , tout en  participant lui-même à son enchantement ;
    • Que l’objet garde en son sein le souvenir de ceux qui, sans-grade ou nantis, ont voulu témoigner dans  un Monde nouveau qui se cherche
    • Etant entendu que c’est la Francophonie qui a servi de matrice à tout cela ,
    • Et que le Manifeste de Louisiana , de Jean Nouvel, a été publié dans les Mélanges Edmond Jouve ( tome 2, p. 2183 et s.)
        Il est clair, pour nous aussi, que ce « monument » ( qui n’en sera pas un …) doit concilier trois caractères ,  apparemment contradictoires :

     

    • Etre modeste, au milieu d’habitations qui le sont ;
    • Etre le réceptacle d’un texte dont l’objectif est de rendre hommage au plus grand nombre de participants en inscrivant leur nom quelque part, si possible dans le marbre.
    • Bien entendu le logo de la Francophonie doit figurer en bonne place sur le mémorial (tout comme le nom de l’architecte).

     On voudrait attirer votre attention sur trois faits :

    • Peut-être pourrait-on utiliser la technique des rouleaux (avec le grand inconvénient que les noms ne soient pas immédiatement lisibles).
    • A moins d’un mètre se trouve le mur d’une citerne (caché actuellement par de la broussaille). Peut-être cette surface pourrait-elle être utilisée. De toute manière, l’Architecte a, évidemment, carte blanche en matière de symbolique. Les deux seules « exigences » restent le logo et les noms.
    • Nous avons eu l’idée de demander aux participants d’apporter des « terres francophones » dont l’usage n’est pas très précisé. Peut-être pourraient-elles servir à constituer un chemin …

         Une dernière suggestion : peut-être pourrait-on écrire quelque part ces vers  de Saint-John Perse , de 1945 :

        « C’étaient de très  grands vents sur la terre

        des hommes – de très grands vents à l’œuvre

        parmi nous

        qui nous chantaient l’horreur de vivre, et

        nous chantaient l’honneur de vivre, ah !

        nous chantaient et nous chantaient

        au plus haut faîte du péril.

        Et sur les flûtes sauvages du malheur

        nous conduisaient, hommes nouveaux,

       à nos façons nouvelles »

     

    • Et puis, si une croix d’Occitanie pouvait  s’entrelacer avec le logo francophone … ce serait parfait …
    • Un lâcher de ballons  - avec envois de messages - clôturera cette session.

     

    -           17  h: 4ème SESSION

     

       Sous la présidence de M. X , 20E Colloque sur le thème « Vers une  Francophonie populaire : bilan et perspectives » .

     

    • Colette Modenel : « Essai de bilan de 20 années de colloques francophones en  Quercy-Périgord »
    • Ambassadeur Paul Blanc : « Une Francophonie « populaire », qu’est-ce à dire ? »

     

       Pendant ce temps, les  enfants présents  participeront, dans le village, à une Course au trésor  francophone


    -  19 h: 5ème SESSION

     

       Sous la présidence effective de M. Paul de Saint Palais , Président de l’Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc, en application des décisions prises par son Bureau, le 23 décembre 2 011 :

    •      remise de Prix de l’Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc (Président Martin Malvy,  Christian Mazet, abbé Philippe Olivier )
    •     intronisation de nouveaux Membres de l’Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc (S.E. Famara Ibrahima Sagna, Tony Brams, José Sobrecases,  Jacques Verdier  )
    •     et de  Membres « honoris causa » (Mourad Ben Turkia –Tunisie - , Walid Arbid – Liban -, Abdelaziz Nouaydi – Maroc - , Amadou Diagne – Sénégal -).

     

    Nous demandons aux Académiciens d’apporter leur cordon  et de le porter le 18 .

     -           20 h:  6e SESSION

        Sous la présidence effective de S.E.Famara Ibrahima Sagna, Grand Officier de la Légion d’Honneur,

    • Remise de décorations, remise de coupes aux Lauréats de la Course au trésor francophone.
    • Récital de poésie « de Villon à Me Frédéric-Titinga Pacéré ».
    • Apéritif- concert par l’orchestrez Tony Bram’s

     

    -           21 h: 7ème SESSION 

        Banquet quercynois et périgourdin, sous les étoiles ou sous le chapiteau,  avec la participation de la Maison Godard, du « Château Pineraie », des fromages de Toulas, des Fleurs du Causse, etc.

     

    -           22 h : 8ème  SESSION

        le grand chef d’orchestre Tony Bram’s présentera un spectacle   (d’environ 1 heure 3O)  sur le thème « Il était une fois la Francophonie .. .»

         En cette circonstance, une fidèle de nos Colloques, la cantatrice Doudou ,  nous interprètera « J’ai deux amours », de Joséphine Baker.

     



                      Il était une fois la  Francophonie…

     

    Synopsis du spectacle

     

    -           Minuit : 9eme SESSION

      feu d’artifice du XXe anniversaire  ( si le temps le permet ),  tiré par Pierre Jouve et  Jérôme Barrot                                                                                                                                                       

     

    -           19 août 2 011 :  10ème  SESSION : de 0 h 30  à  2  h du matin

     Sous la présidence effective de S.E. Zalmaï Haquani, ancien ambassadeur d’Afghanistan en France,

          Grand Bal des Nations , en costumes nationaux

    animé par l’orchestre Tony Bram’s ( a fait danser 6 millions de personnes en 40 ans de carrière)

     

    -           à partir de 2 heures  30 du matin: 12e ( et dernière ) SESSION

                 Pour clôturer la fête,

      traditionnelle Soupe au fromage,  à Cassagnes.

     

         Participation  aux frais :

    • apéritif, repas ,   spectacle et soupe au fromage : 30 Euros ; 20 Euros pour les habitants de Nadaillac-de-Rouge ( soirée Tony Bram’s offerte )
    • soirée Tony Bram’s seule: 10 Euros ; gratuite pour les habitants de Nadaillac-de-Rouge
    • gratuit pour les enfants de moins de 10 ans

     

    II.- Qui assurera le financement ?

        La participation  aux frais des invités   ( telle qu’elle figure ci-dessus ) ne couvrira qu’une  petite partie des dépenses

         Et le reste ?

                                                                                                                                                                                                                           

        Une fois de plus, nous n’avons d’autre possibilité que de nous adresser aux amis de « Francophonie en Quercy-Périgord » ,  du Professeur et aux institutions qu’il a généreusement aidées durant sa longue carrière.

          Nous avons eu une autre idée : inscrire dans le marbre d’un  mémorial ( ou dans ses environs immédiats ) le nom des souscripteurs  ( personnes ou institutions )

     

    • à partir de 20 euros, par personne,  pour les adultes 
    • à partir de 50 euros pour les communes où ont été organisées, au fil des ans,  les Rencontres francophones : Beyrouth, Cabrerets, Cahors, Calès, Domme,   Fajoles, Figeac,  Gourdon ,Gramat,  Lamothe-Fénelon,  Le Roc , Le Vigan,  Loupiac, Masclat, Nadaillac-de-Rouge, Ouagadougou, Payrac, Payrignac, Pinsac, Reilhaguet, Rocamadour, Saint-Projet,  Sarran …
    • à partir de 100 euros pour les Institutions nationales françaises ou étrangères (1ers souscripteurs : AMOPA (nationale ) , AMOPA  ( section du Lot ), UAS ( Tunis ), hebdo. «  L’Etendard » ( Tunis ), « parti des Pionniers » ( Tunis ) …
    • à partir de 200 euros pour les Institutions internationales ( OIF, FOGEC, en particulier)

     

       Ces noms  gravés témoigneront, pour les générations futures,  de l’engagement de Nadaillac-de-Rouge et des localités voisines  du Quercy et du Périgord   -et, plus généralement, de la France profonde -en faveur de la Francophonie .

       Les institutions nationales et internationales qui auront souscrit pourront envoyer un délégué auquel l’ensemble des prestations sera offert.

        On peut souscrire sans participer aux festivités et sans même souhaiter que son nom figure sur  le Mémorial ou ses environs immédiats.

       Les sommes mentionnées ci-dessus sont à verser à l’ordre de « Francophonie en Quercy » et à adresser à la Trésorière , Mme Colette Cariteau ( Résidence « Les Hortes », bât. A, n° 7 ,  rue Donadieu, 46 000 Cahors ; tél. ( Cahors ) : 05 65 20 20 99 ).

      Au dos du chèque, veuillez préciser : «  pour le 18 août 2 012 » )

     

    III.- Qui fera quoi  (ordre alphabétique ) ?  

     

       Chacun peut proposer ses services !

        D’ores et déjà, nous savons que nous pouvons compter sur :

    • Dahane Abderrahmane : coordinateur de la délégation mauritanienne
    • Christophe Barrot : éclairage
    • Jean-Luc Barrot : apéritif et buffet
    • Jérôme Barrot : feux d’artifice
    • Pierre Bercis : liste des signataires ( Pierre Bercis 29 rue de Verneuil 75007 Paris ; 01 47 53 78 78 )
    • Evelyne Borne : coordinatrice  des délégations tunisiennes , habillage du « mai »
    • Stéphane Bouche Osochowski :  mise à jour  et diffusion du programme
    • Derek El Zein  : Mémorial pour la Francophonie
    • Jackie Durand : installation du matériel , couverture de la citerne et sécurité
    • Flavia Gaudry : accueil des participants payants à la soirée Paris )
    • Clément et Sylvain Jouve, Laurence Hélix-Jouve: course au trésor francophone
    • Evelyne et Florence Jouve : contrôle des entrées
    • Marie-Odile Jouve , Danielle Durand: soupe au fromage
    • Pierre Jouve :  « mai »,   boissons , feux d’artifice, video, toilettes
    • Mustapha Legzouli : responsabilité de la 1re session, transport personnalités
    • Christelle Le Pape : réseaux sociaux  et presse

    « Vie quercynoise » : 51  C ours de la Chartreuse BP 50 127 ‘-  46 003   CAH0RS  CEDEX ;  T. : 05 65 53 92 44 Courriel : [email protected] ; contacts : Jean-Claude Bonnemère/ André Decup ( Lamothe-Fénelon )

    « La Dépêche du Midi »

    « Midi olympique »,

    « La Semaine du Lot »,

    « Dire Lot »  Contact : [email protected]

    • Dominique Jean-Malvy
    • Hubert Mallot et Dominique Jouve : « opération  ballons »
    • Pierre Martial : liste des membres des diverses Equipes ayant préparé et  animé les Colloques
    • Abdelaziz Nouaydi : coordinateur de la délégation marocaine
    • Suzanne Odin :  à titre de dispensatrice, organisation de la séance foraine de l’Académie, incluse dans la Journée

                   Il sera possible, sur place, de se procurer les « Mélanges Edmond Jouve ». Pour l’occasion vous pourrez bénéficier du prix de souscription ( 150 E  au lieu de 190  E )

                   C’est encore Mme Suzanne Odin,  qui tiendra et sera responsable du stand où seront également proposées à la vente, s’ils le souhaitent, les ouvrages publiés  par  les participants . Si vous voulez profiter de cette possibilité, veuillez vous mettre directement en rapport avec elle  ( 01 45 41 79 6 )

    • Louis-François  Saumon : informatique        
    • José Sobrecases : Mise en scène de la Journée
    •     Un photographe professionnel assurera aussi  la couverture photo de la Journée et, comme d’habitude, Pierre Jouve assurera la vidéo.
     

    IV.- Comment arriver  à Nadaillac et être hébergé dans la région ?

      

          Les maisons Jouve de Cassagnes, où nous vous attendons, spécialement le 18 août ( le chapiteau sera installé en haut du pré . C’est là aussi où nous placerons le Mémorial Jean Nouvel ) .

         Pour des raisons matérielles, le Comité d’organisation ne sera pas en mesure de prendre en charge ce qui a trait au voyage et à l’hébergement. 

        Autrement dit, chacun devra s’occuper de son  transport et de son hôtel ou de sa chambre d’hôte. ( Cependant, vous pouvez camper gracieusement à Cassagnes et même installer votre camping-car ).  Nous pourrons venir vous chercher à Cressensac, à Gourdon et à Souillac ( si vous en faites la demande )

    • Deux gares sont possibles : Souillac et Gourdon.
    • Un aéroport existe : Brive-Vallée de la Dordogne.
    • L’autoroute Paris-Toulouse est   très pratique (sortie Souillac )

     

    On peut signaler, parmi les hôtels de la région :

    • Hôtel « la Légende », à Payrac ( 50  chambres ) ( 05 65 32 69 54 ) ,
    • Hôtel Chastrusse à Nadaillac-de-Rouge ( 05 65 37 60 08 ),
    • « La Bouriane »,  à Gourdon ( O5 65 4116 37 ),
    • « La Promenade »,  à Gourdon ( 05 65 41 41 44 ) .
    • « Orange Tree » ( ex-Buissonie ) , à Gourdon ( 05 65  41 02 48 )

     

    De bons hôtels également à Souillac, dont le « Grand Hôtel », Souillac ( 05 65 32 78 30 )


    Il existe aussi de très agréables chambres d’hôte ( visibles sur Internet ) à Nadaillac –de –Rouge : 

    les Cassous (  à quelques pas de Cassagnes ! ) chez Alain et Sandrine Giorgi ( 09 50 57 86 58 ; 05 65 37 64 07 )

     

    et aussi : des chambres ( à louer à la semaine ) chez M. et Mme David Fink ( Les Espioles, 05  65 37 86 70 ; 06 74 47 35 77 ) 

     -           Nous faisons un appel aux habitants de Nadaillac qui pourraient offrir ou proposer des chambres, qui peuvent être offertes ou payantes

     -           Deux conseils : commencez par Nadaillac ( toutes les adresses sont à quelques minutes, à pied, de Cassagnes ) …  et allez très vite ( les possibilités sont réduites ) !

     -           Un taxi peut être commandé auprès de M. Jean-Pierre Gouygou, à Loupiac ( Lot ): O5 65 37  64 85 . Dans la mesure du possible, il vous est conseillé de réserver.

     

    Premières Personnalités appelant à participer aux festivités du 18 août 2 011 :
    • Eisa Al Raeesi, Chef du Département des Services étudiants et culturels de   l’Université Paris-Sorbonne Abou Dhabi (Emirats arabes unis )
    • Mohammed Al Shehhi, professeur à l’Académie militaire d’Abu Dhabi ( Emirats arabes unis )                                         
    • Dahane Abderrahmane ( Mauritanie ), agent administratif et comptable
    • Adel Al Kayar, Professeur à l’Université de  Bagdad  ( Irak )
    • Walid Arbid, Professeur à l’Université libanaise de Beyrouth ( Liban )
    • Jamal Asmi, Conseiller académique près l’Ambassade des Emirats arabes Unis
    • Pierre Bercis, Président de « Nouveaux droits de l’Homme »
    • Rodolphe Biffot, Conseiller du Président du Sénat du Gabon
    • Paul Blanc, ancien Ambassadeur de France
    • Evelyne Borne, professeur honoraire au lycée de Gourdon
    • Stéphane Bouche Osochowski, Lauréat du « USAIRE Student Award 2 011 » ( 1er Prix )
    • Colette Cariteau, intendante universitaire honoraire
    • Pascal Chaigneau, Professeur à l’Université Paris Descartes  et à HEC
    • Bernard Chantebout, Professeur émérite de l’Université Paris Descartes
    • Paul Coman, Professeur à l’Académie d’études économiques de Bucarest ( Roumanie )
    • Christine Desouches, ancien Conseiller spécial du Secrétaire général de la Francophonie chargé des Affaires politiques et diplomatiques
    • Serge Edongo, journaliste , consultant média ( Tokyo, Japon )
    • Derek El Zein , avocat au Barreau de Paris
    • Sukru Erdem, Maître de conférences de la Faculté des Sciences économiques et administratives d’Akdeniz University d’Antalya ( Turquie )
    • Dumitru Florescu , Chancelier de l’Académie centrale  européenne, Bucarest ( Roumanie )
    • Mohieddine Hadhri, Membre du Comité scientifique international de l’UNESCO  ( Paris )
    • Ahmed Mohammed Ghadhi ( Mauritanie ) : coordinateur national GPECS ( PNUD Mauritanie )
    • Zalmaï Haquani, ancien ambassadeur d’Afghanistan en France, professeur à la Faculté de droit de Caen
    • Mustapha Legzouli, Docteur en Sciences juridiques  (           Université Paris Descartes )
    • RP Michel  Lelong ,  prêtre catholique, cofondateur du Groupe d’amitié islamo-chrétien
    • Christelle Le Pape, juriste , Paris
    • Christian Lochon, Président de l’Université sans frontières, Paris
    • Luce Marcouly, Ecrivain, Membre de l’Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc
    • Colette Modenel – Bliznukoff, Enseignante
    • Lazare Nzorubara, ancien ambassadeur du Burundi en France
    • Suzanne Odin, dispensatrice de l’Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc
    •  Gui Portal, Vice-président chargé du Secrétariat général de l’Académie des Arts,
    • Lettres et Sciences de Languedoc Lot
    • Michel Raimbaud, ancien Ambassadeur de France
    • Alain Réquier, Sénateur du Lot
    • Louis Sabourin, Professeur titulaire à l’ENAP  ( Université du  Québec ), Ancien président du Centre de développement  de l’OCDE , Professeur invité aux  Universités de Paris 1 et  Paris  Descartes
    • Paul de Saint-Palais, Président  de l’Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc
    • Famara  Ibrahima Sagna, Président honoraConseil économique et social du Sénégal
    • Louis-François Saumon, ambassadeur itinérant, prince de Nicée
    • Yavuz Tekelioglu, Professeur émérite de Akdeniz University d’Antalya ( Turquie )
    • Albert Tévoédjrè, Médiateur de la République du Bénin
    • Léon Yépri, Professeur à l’Ecole normale supérieure, Abidjan , Côte d’Ivoire

     

    Les signatures doivent être adressées à Pierre Bercis  29 rue de Verneuil 75 007 Paris         

     


    Annexe n°1

     

    Budget prévisionnel  pour la Journée du samedi 18 août 2 011, à Nadaillac- de-Rouge

     

    I.- Dépenses ( prévisions ) : 50 000 Euros

     

    -           orchestre  Tony Brams:                                          10 000

    -           grand chapiteau :                                                    10 000

    -           apéritif et buffet :                                                   10 000

    -           plancher, sono,  tables chaises, chambre froide,

     vaisselle,  éclairage                                                     05 000

    -           Mémorial de la Francophonie                               10 000

      Divers  ( secrétariat, assurances, carburant )         05 000

     

    II.- Recettes  ( prévisions ) : 50 000 Euros

     

             -    Francophonie                                                          10 000

             -    Région, département                                               10 000

             -    Autres institution nationales                                   10 000

    -   Institutions internat.                                       08 000                                                                         --   Inscriptions  festivités                                             02 300

             -   Inscriptions Mémorial                                              05 000

    -  Entrées, vente livres , dons                              04 700

     

     

          A  la date du 04 février   2 012,

    Il nous faut  réunir   50 000 €

    Nous disposons de 1 200 €

             Il nous reste encore à trouver      38 800 €

     

     

    Si , par chance, les recettes étaient excédentaires, le supplément servirait à financer la réalisation d’un livre – album souvenir.

     

    Annexe  n° 2

     

    DEPUIS  LEUR  CREATION, EN  1991, 20 RENCONTRES  INTERNATIONALES  FRANCOPHONES  ONT  EU LIEU

     

    -1991: Masclat: Pierre Benoit

     

    -1992 : Payrac : Ismail Kadaré

     

     -1993 : Le Roc :  négritude et  créolité

     

      -1994 : Nadaillac-de-Rouge :  les écrivains du Québec

     

    -1995 : Loupiac : Gaston Monnerville

     

    -1996 : Calès : la Francophonie au Liban

     

    -1997 : Lamothe-Fénelon : les chefs d’Etat écrivains en pays francophone

     

    -1998 : Reilhaguet : la communauté francophone Wallonie-Bruxelles

     

    -1999 : Fajoles : la Francophonie au Maroc

     

    -2000 : Ouagadougou : le Monde francophone en Afrique

     

    -2001 : Beyrouth : la Francophonie au Liban

     

    -2002 : Gourdon : quelle Francophonie en Guyane ?

     

    -2003 : Gourdon : le Bénin, quartier latin de l’Afrique francophone

     

    -2004 : Gourdon : paroles de femmes en Méditerranée

     

    -2007 : Payrignac : le Soudan aux portes de la Francophonie

     

    -2008 : Soulomès : Occitanie et Francophonie (I)

     

     -2010 : Le Vigan et Nadaillac-de-Rouge : des relations internationales nouvelles pour un Monde nouveau et remise des mélanges « Edmond Jouve »

     

    -2011 : Le Vigan et Sarran : Occitanie et Francophonie,  autour de deux écrivains occitans et du  Président Jacques Chirac (II)

     

    - 2 012 (I) : Cabrerets : de la préhistoire à la Francophonie

     

    - 2 012 (2)  - Nadaillac-de-Rouge : vers une  Francophonie populaire

     

     

    DEPUIS  2006  12 DINERS  OU  DEJEUNER-DEBATS  SE  SONT  AJOUTES

     AUX  RENCONTRES

     

     

    -Un monde qui change

    avec le professeur Edmond Jouve, Gourdon, le 24 novembre 2006

     

    -La Turquie aujourd’hui

     avec Marie Besikasliyan, doctorante, Nadaillac-de-Rouge, le 16 juin 2007

     

    -Le Soudan  aujourd’hui

    avec  SEM Ahmed  Hamid, le 24 août 2007

     

    -Le  400ème anniversaire  de  la ville de Québec

    avec Bernard Emont, Payrignac, le 24 août 2007

     

    -Le Soudan et la Francophonie

    avec le  professeur Edmond Jouve, Rocamadour, le 25 août 2007

     

    -L’Afghanistan et la Francophonie

    avec S.E. l’Ambassadeur Zalmaï Haquani, Payrignac, le 6 octobre 2007

     

    -Le « Patois » et l’Occitanie qu’es aco ?

    Avec le Majoral Patrick Delmas, Lamothe- Fénelon, le 13 juin 2008

     

    -En souvenir de l’abbé Brugié

    Avec le professeur Edmond Jouve, Nadaillac-de-Rouge, le 31 août 2008

     

    -L’Europe et nous

    Avec le Doyen Robert Savy, Saint-Projet, le 23 avril 2009

     

    -La vie quotidienne à Gourdon au Moyen âge

    Avec Annie Monzat-Charnay, conservateur, Payrignac, le 28 août 2009

     

    -François Augièras, Peintre et écrivain

    avec Paul Placet et le Dr Pierre Mullon, Domme le 23 avril 2010

     

     - A la découverte de Roger Vitrac

    avec l’Association des Amis pinsagais de Roger Vitrac,  Pinsac, 23  avril 2 010

     

     

     

     

     

    Annexe  n°3

     

    TONY BRAM’S

     

    Né le 4 novembre 1949, à Sarlat, il est le chef d’orchestre le plus titré de sa génération.

     

    Ancien Secrétaire général du Syndicat national des Chefs d’orchestre ( 1997 – 2 000 ), il en est devenu président ( 2 000 – 2 004 ).

     

    Trompettiste de talent, il se distingue, dans le domaine de la variété, du classique et du jazz,  par l’originalité de son timbre et de son phrasé. Ses interprétations de musiques de film ou des plus belles mélodies sont toujours des moments d’émotion .

     

    Tony Bram’s est un chef de renom. Toujours présent sur scène, il sait intégrer à chaque morceau  la couleur cuivrée  de son instrument de prédilection . Placé dans le trio des meilleurs orchestres de France , il a fait danser l’Europe .Il a produit  210 galas de variété, 48 concerts en église, 2 DVD , 5 nouveaux albums entre 2 007 et 2 009.

     

    Il a accompagné de nombreux artistes, en particulier, Liane Foly .

     

     En 1998, en collaboration avec Michel Hidalgo, il a produit le spectacle « Football,  je t’aime ». En 1999,  avec Yves Duteil, Boutros Boutros-Ghali et Edmond Jouve, il a monté « Francophonie, couleurs du monde ». En 2 007, avec Michel Lavigne, il a donné, dans les principales villes de la coupe du monde, un grand spectacle sur le rugby

     

     En  août 2 012, c’est lui qui a été choisi pour présenter le spectacle « Il était une fois la Francophonie » et pour animer le Grand Bal costumé des Nations  à Cassagnes (commune de Nadaillac-de-Rouge ).

     

    Tony Bram’s est à la tête d’une prestigieuse discographie,   avec  plus de 100 volumes .

     

    En 40 ans de carrière, il a fait danser plus de 6 millions de personnes !

     


    Annexe n° 4

    JEAN NOUVEL

    Né dans le Lot-et-Garonne d'une famille d'enseignants, Jean Nouvel passe sa jeunesse à Sarlat. Alors qu'il souhaite être peintre, ses parents l'orientent vers les études d'architecture1. Il s’inscrit en architecture à l'École des beaux-arts de Bordeaux en 1964, et est admis en 1966, premier au concours d’entrée, à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris dont il sort diplômé en 19722.

    Influencé par Paul Virilio et Claude Parent, dont il est l'assistant entre 1967 à 19703, il fonde en 1970 sa première agence avec François Seigneur2. Architecte de la Biennale de Paris à partir de 1971 grâce à l'appui du critique Georges Boudaille, il fonde la Biennale d'architecture dans ce cadre en 1978.

    Il fait ses premières armes dans le Périgord, réalisant une école maternelle à Trélissac et une villa à Champcevinel1. Après sa première réalisation marquante, la maison Dick à Saint-André-les-Vergers en 1976, il signe le centre médico-chirurgical du Val-Notre-Dame à Bezons (1976) et le collège Anne-Franck à Antony (1978)2. Il est choisi en 1981 avec Architecture-Studio pour la réalisation du premier des grands travaux mitterrandiens, l'Institut du monde arabe, dont la façade à moucharabiehs, terminée en 1987, le fait connaître au grand public, la même année. Il réalise ensuite l'immeuble de logements sociaux Nemausus 1 de Nîmes, l'Opéra de Lyon qu'il coiffe d'une grande verrière en 1993, et la Fondation Cartier tout en verre en 1994.

    Le Palais de la culture et des congrès de Lucerne, inauguré en 1999, lui permet d'acquérir une dimension internationale. Lui sont alors confiés la Dentsu Tower de Tokyo, l'extension du 12 Musée Reina Sofía de Madrid, la Tour Agbar de Barcelone et le théâtre Guthrie de Minneapolis4. Il reste attaché à la Dordogne, où il réalise le musée gallo-romain de Périgueux, Vesunna, et l'aménagement de l'église Sainte-Marie de Sarlat en marché couvert1. Jacques Chirac le choisit pour bâtir le Musée du quai Branly, inauguré le 23 juin 2006.

    Militant pour un renouveau de l'architecture en France, il cofonde le mouvement « Mars 1976 », en opposition à l'héritage de la Charte d'Athènes, et participe à la création du Syndicat de l'architecture, en rupture avec l'Ordre des architectes. En 1975, il est l'un des principaux organisateurs du contre-concours international pour l'aménagement des Halles de Paris, et prend la tête de l'Association pour la mutation de l'île Seguin (Amis) en 2001 pour s'opposer à la destruction des usines Renault5. Ses prises de positions publiques et architecturales lui valent des critiques, comme pour le Musée du Quai Branly, et quelques échecs, comme la tour Sans Fin, prévue en 1989 à la Défense en complément de l'arche de Spreckelsen et dont l'extrémité devait disparaître dans le ciel, mais abandonnée, son projet pour le Stade de France, rejeté, ou le réaménagement des Halles en 2004, écarté4.

    Ses réalisations font la part belle au métal et au verre, jouant sur la transparence et les effets de lumière. Il travaille régulièrement pour le réaménagement des monuments anciens, comme pour l'Opéra de Lyon ou l'église de Sarlat. Pour autant, il revendique une absence de « style Nouvel », concevant chaque projet comme nouveau, toujours en dialogue avec l'environnement du bâtiment4. Sa carrière est récompensée par le Prix Pritzker le 30 mars 2008, Thomas Pritzker soulignant « sa recherche courageuse d'idées nouvelles ; et sa remise en cause des normes acceptées, afin de repousser les limites de son champ d'activité »6, et lui reconnaissant «  la persistance, l'imagination, l'exubérance et, par-dessus tout, une insatiable envie d'expérimentation »3.

    Successivement associé à François Seigneur et Gilbert Lézénès en 1972, à Gilbert Lézènés et Pierre Soria en 1981, à Emmanuel Blamont, Jean-Marc Ibos et Myrto Vitartet en 1984, et à Emmanuel Cattani en 1989, il fonde son propre atelier en 19947. À la tête d'une équipe de 140 collaborateurs5, il dispose d'agences à Paris, aux États-Unis, en Espagne et à Abu Dhabi4 pour la réalisation de ses derniers projets : la Life Marina à Ibiza, le Louvre Abou Dabiouverture prévue fin 2013, l'auditorium de Copenhague, la Philharmonie de Paris, en complément de la Cité de la musique, la tour Hines à Manhattan, et la tour végétale Suncall à Santa Monica4.

    Outre l'architecture, il s'intéresse également à la scénographie, en particulier par la rencontre de Jacques Le Marquet en 1976, participant notamment aux expositions « Les Années 50 » au Centre Pompidou en 1988, ainsi que « Le Futur du travail » et « La Mobilité » à l'Expo 2000 à Hanovre2. Il met en scène des spectacles de danse et se charge de la muséographie du quai Branly5. En design, on lui doit également celui des verres Suze, d'un service à café pour Alessi, et du flacon de parfum L'Homme d'Yves Saint Laurent.

    Jean Nouvel compte des célébrités parmi ses fans : le célèbre couple Brad Pitt-Angelina Jolie a baptisé sa première fille biologique Shiloh Nouvel8 , en l'honneur de l'architecte français que l'acteur apprécie particulièrement9.

    De 2008 à 2009, Jean Nouvel est à la tête d'une équipe pluridisciplinaire avec laquelle il participe à la consultation sur le Grand-Paris lancée par le président de la République Nicolas Sarkozy et intitulée « Le Grand Pari(s) de l'agglomération parisienne »

      

        l'Ordre des Arts et des Lettres ;

              1983 : Médaille d'argent de l'Académie d'Architecture ;

              1983 : Docteur honoris causa de l'Université de Buenos Aires ;

              1987 : Chevalier de l'Ordre national du Mérite ;

              1987 : Grand prix national de l'architecture, Prix Aga Khan et lauréat de l'Équerre d'argent pour l'Institut du monde arabe ;

              1990 : Prix Architectural Record pour l'hôtel Saint-James ;

              1993 : Honorary fellow, AIA Chicago (American Institute of Architects) ;

              1995 : Honorary fellow, RIBA (Royal Institute of British Architects) ;

              1997 : Commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres ;

              1999 : Médaille d'or de l'Académie d'architecture française ;

              2000 : Lion d'or à la Biennale de Venise ;

              2001 : Premio Internazionale di Architettura Francesco Borromini, edizione 2001.

              2003 : Premier Prix de l'International d'Architecture par l'UNESCO (unesco.org) pour l'ensemble de son Œuvre et Mention spéciale pour le projet AN USVACUM (Ateliers Jean Nouvel) (Paris France)

              2005 : Wolf Foundation Prize in Arts (Architecture)

              2006 : Globes de Cristal meilleur Architecte

              2008 : Prix Pritzker

              1976 : Centre médico-chirurgical du Val-Notre-Dame à Bezons, Val-d’Oise, France.

              1978 : Collège Anne-Frank à Antony, Hauts-de-Seine, France.

              1981-1987 : Institut du monde arabe à Paris

              1983 : Théâtre municipal de Belfort, France

              1985-1987 : Nemausus 1 (114 logements) à Nîmes, France

              1986-1994 : Rénovation de l'Opéra de Lyon, France

              1986 : Complexe omnisports du Luzard à Noisiel

              1987-1989 : Hôtel Saint-James à Bouliac, France

              1988 : L'INIST à Vandœuvre-lès-Nancy, France

              1988 : Onyx à Saint-Herblain, France

              1990 : Centre des Congrès (Le Vinci) à Tours, France (

              1991 : Pôle de Lanaud près de Limoges, France

              1991-1995 : Galerie Lafayette à Berlin, Allemagne

              1994 : Fondation Cartier à Paris

              1995 : Le centre commercial d'Euralille à Lille, France (Rem Koolhaas étant l'architecte-urbaniste pour concevoir l'ensemble du projet urbain)

              1998 : Dentsu

     

     

     

    Annexe n° 5

     FAMARA IBRAHIMA SAGNA

    Né le 26 novembre 1938 à Ziguinchor, Famara Ibrahima Sagna a fait sa scolarité primaire à Ziguinchor avant de poursuivre ses études secondaires et supérieures à Dakar et à Paris, notamment à l’Institut des hautes études d’outre-mer de Paris (nom donné par la France à l’ancienne École nationale de la France d'outre-mer à partir de 1958), section « Administration Générale », promotion « Charles de Gaulle » (15 juin 1961). Juriste de formation (droit public) au départ, administrateur civil, Famara Ibrahima Sagna devient également analyste financier après une formation postuniversitaire en France

    Carrière dans l’Administration Centrale

              Ses débuts dans la gestion des Affaires de l’Etat.

    Administrateur civil, il occupa aussitôt de retour au Sénégal, en 1962, des fonctions d’autorité dans l’administration sénégalaise sous Maître Valdiodio Ndiaye, ministre de l’Intérieur. Il commença ainsi sa carrière à la Direction des Affaires politiques et administratives du Ministère de l’Intérieur comme administrateur mis à la disposition du Directeur. Il occupa par la suite, dans le cadre de cette Direction, successivement les fonctions suivantes : Chef de bureau de la Police des associations, des débits de boissons, des jeux et des secours ; Chef de service de l’Administration générale (actuelle Direction de l’Administration Territoriale - DAGAT) ; et Directeur adjoint.

    Il devint premier Sénégalais Directeur de la Protection civile en juillet 1963 et effectua une formation rapide à l’École nationale de la protection civile à Nainville-les-Roches (France) et une mission d’information auprès du préfet Raoul, son homologue français. Il quitta le Ministère de l’Intérieur que dirigeait Abdoulaye Fofana pour rejoindre le Ministère de l’Enseignement technique, professionnel et de la Formation des cadres et devint Directeur de cabinet sous le ministre Émile Badiane. Il fut par la suite affecté au Ministère des Finances 16 16 -que dirigeait Jean Collin comme Adjoint au Directeur du Mouvement général des fonds pour répondre à son ambition de se reconvertir à l’économie et aux finances.

    Éducation postuniversitaire

    Après des fonctions d’autorité tenues dans l’Administration centrale, Famara Ibrahima Sagna, sur sa demande, retourna en formation postuniversitaire en France et aux États-Unis en vue d’une spécialisation comme analyste financier.

              au Centre d'études financières, économiques et bancaires de Paris (CEFEB) dont il fut le Président de l’Association des étudiants et stagiaires (12e promotion 1968)

              à l’Institut du Fonds monétaire international (FMI) à Washington D.C. (cycle d’analyse et de politiques financières)

              contractuel pour une période de deux ans de formation dans les services du FMI

    Son cursus après sa formation postuniversitaire :

    Dans la gestion des Affaires de l’État

    Après le FMI, Famara Ibrahima Sagna rentra au Sénégal et occupa les fonctions de conseiller financier chargé de la coordination des activités financières et des relations avec les institutions internationales de financement du développement, au Ministère des Finances et des Affaires économiques, sous l’autorité du ministre Babacar Ba.

    Dans la gestion des Sociétés d’État et des Sociétés d’économie mixte

              Président-Directeur-Général de la Société nationale de garanties et d’assistance (SONAGA)

              Directeur-Général de la Banque nationale pour le développement du Sénégal (BNDS). (Il faut noter par ailleurs que la BNDS a été liquidée en 1990 soit 10 ans son départ de la direction de l'établissement et sa succession par deux directeurs généraux).

              Administrateur de l’Administration autonome de la Zone franche industrielle de Dakar (ZFID)

    Dans le Gouvernement de la République

              Ministre du Développement Rural (Agriculture, Élevage et Pêche)

              Ministre du Développement industriel et de l’Artisanat (Industrie, Mines et Géologie, Énergie et Artisanat)

              Ministre de l’Intérieur

              Ministre de l’Économie, des Finances, du Plan


     

    Annexe n° 6 – Arbres de la liberté

    L’arbre de la liberté est, à l’époque de la Révolution, l’un des signes symbolisant, entre autres, la liberté. Plantés, en général dans l’endroit le plus fréquenté, le plus apparent d’une localité, comme signes de joie et symbo


    Lien permanent vers l'article complet

    http://nadaillac.sosblog.fr/E-Jouve-b1/669-Pour-le-18-aout-nous-progressons-b1-p59698.htm

    Commentaires

    Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


    Laisser un commentaire

    Statut des nouveaux commentaires: Publié





    Votre URL sera affichée.


    Veuillez entrer le code contenu dans les images


    Texte du commentaire

    Options
       (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)